Les 3 Secrets de Réussite de la Dr Fatoumata Kebe

Née sous une bonne étoile le 25 juin 1985, Fatoumata Kebe a fait de son rêve, sa passion d'enfant, une réalité.  

1. Une enfance à la curiosité aiguisée

Passion venue dans son enfance, en classe de primaire en découvrant des images d'étoiles et de planètes dans une encyclopédie. 

Une preuve que nos rêves d'enfants ne sont pas à négliger et bafouer.

 "C'est l'espace infini, c'est grand... Je veux travailler là-dedans.                           A cette époque, je regardais tous les documentaires que France 5 diffusait sur ces thèmes.                                                                                                        J'ai été tellement touchée par la beauté de ces objets célestes que je me suis dit que plus tard, j'aimerais travailler avec."                                                   

2. La banlieue ne doit pas t'imposer une autocensure

Malgré son envie, sa volonté ebac scientifique en poche, la voie s'avère difficile à suivre. Venir de la banlieue et être une femme noire dans un milieu masculin, aisé et blanc, ce n'est pas chose aisé, que l'on veuille ou non, c'est un fait.

A défaut de pouvoir avoir la chance d'ouvrir les portes pour faire une prépa, dans l'espoir de rejoindre une école supérieure, elle est orientée vers la filière universitaire.  

Néanmoins, Dr Fatoumata Kebe, n'a rien lâché et est aujourd'hui, titulaire :

- d'un master de Mécanique des Fluides 

- d'un doctorat d'astronomie de l'Université Pierre et Marie Curie, thèse soutenu le 6 décembre 2016 et intitulé : Etudes de l'influence des incréments de vitesse impulsionnels sur les trajectoires de débris spatiaux.

Dr Fatoumata Kebe s'est également formée à l'Ingénierie Spatiale durant un an à l'Université de Tokyo. 

Son parcours revient à dire que ce n'est pas le point de départ le plus important, mais ton point d'arrivée !

" En banlieue, on n'a pas forcément les mêmes opportunités, on ne bénéficie pas des mêmes accès à l'information."

3. De la banlieue aux étoiles 

Cette passionnée d'astronomie étudie les débris spatiaux, ces objets vestiges de l'activité humaine dans l'espace se sont accumulés avec le temps autour de la Terre et sont un danger pour l'exploitation et l'exploration spatiale. 

En plus de l'environnement spatial, elle travaille également sur la problématique de l'eau dans le secteur agricole. 

Fatoumata a d'ailleurs, fondé son association «Éphémérides» il y a trois ans qui organise des ateliers d'astronomie principalement dans des quartiers sensibles. 

Un exemple féminin qui prouve que les champs des possibles est tout à fait envisageable même lorsque l'on vient de banlieue !



Dr Kebe Fatoumata en image